Ville de Billy-Montigny
Accueil du siteDécouverte de la villeCIRICommémoration du 100ème anniversaire de la Catastrophe Minière du 10 mars 1906
Articles publiés dans cette rubrique
mardi 21 mars 2006
Retour sur la commémoration du centenaire de la catastrophe du 10 mars 1906
Quoique puissent en dire certains détracteurs, la manifestation du 10 mars 2006 eut un retentissement important et les messages de sympathie les plus humbles, les plus désintéressés, qui nous parviennent de toutes parts en sont la meilleure preuve. Comment aurait il été possible d’évoquer l’ampleur de la catastrophe d’il y a cent ans sans prendre en compte son contexte historique et social et l’exploitation des ouvriers mineurs par les propriétaires des concessions de l’époque ? Ceux qui, aujourd’hui (...)

lire la suite de l'article
mercredi 1er mars 2006
La catastrophe du 10 mars 1906 :
Le renversement d’aérage
Peu avant l’arrivée des sauveteurs allemands, le Directeur et les ingénieurs qui le conseillent vont prendre une décision qui va s’avérer lourde de conséquences. Au moment de la catastrophe, l’aérage des galeries est assuré de la manière suivante : l’arrivée d’air frais se fait par le puits 3 sur lequel tirent ensemble les ventilateurs des puits 2 et 4. A cause de l’atmosphère surchauffée et à cause des odeurs cadavériques, il faut aérer fortement. Mais les ventilateurs des puits 2 et 4 attirent en même (...)

lire la suite de l'article
mardi 21 février 2006
Catastrophe du 10 mars 1906 :
Les premières heures
Soudain, une secousse suivie d’un bruit sourd selon les uns, d’une violente détonation selon les autres. Dans les corons avoisinant les fosses 2 de Billy-Montigny, 3 de Méricourt et 4 de Sallaumines, les fenêtres et les portes des maisons s’ouvrent. Partout on s’interroge. Le Directeur Lavaurs qui réside à proximité de la fosse 2 est immédiatement alerté. Il se rend au puits de la fosse 2 intact. Il donne quelques instructions et part, en hâte vers la fosse 3. A la fosse 2, après une première (...)

lire la suite de l'article
mercredi 15 février 2006
Il y a cent ans :
Le bassin minier en deuil
Il s’appelait Louis Vandernotte. Il avait 35 ans, et dans ce petit matin du 10 mars 1906, bien emmitouflé, la musette pendue à l’épaule, il empruntait, l’avenue de la fosse 2 pour « prendre son poste du matin ». Il ne se doutait pas alors qu’il ne reverrait jamais ni le jour, ni les siens qu’il venait d’embrasser avant de les quitter pour la dernière fois. Ils étaient plusieurs dizaines au moulinage de cette fosse 2 située au bout de l’avenue du même nom attendant la cage qui les emmènerait vers leur (...)

lire la suite de l'article